TOGO : DECLIN DES BONNES MANIÈRES, IL FAUT LIBERER LE CONFRÈRE CARLOS KETOHOU

Par Yawo KLOUSSE
afriquenligne.com
Mis en ligne le 31/12/20

Le rôle du journaliste est de dénoncer les abus sociaux sans considération ni à la personnalité ou à la fonction des citoyens.

Il a simplement fallu qu’un Journaliste montre un ministre français tenir la compagnie d’une prostituée que ce ministre soit viré par le président Jacques Chirac.

Le TOGO notre patrie notre cher patrie doit être bâti sur des valeurs morales.

Aujourd’hui les lois ou les règles qui fondent les sociétés humaines sont uniformes.

Les personnalités publiques n’ont pas droit à l’erreur car pour accéder à une certaine fonction, l’étude de moralité est beaucoup plus accusée.

Le Directeur de Publication du journal L’INDÉPENDANT EXPRESS est avant tout un défenseur des droits de l’homme. J’ai assisté personnelement à son élection au Bureau de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme. Il fait partie de ces citoyens qui allient journalisme aux fonctions associatives.

Il ne serait pas valable que l’on puisse le traiter de cette façon. Carlos n’est pas du genre à refuser de comparaître à une quelconque convocation.

Cette façon d’arrêter à domicile nous fait perdre la sûreté de notre personne. Nous devons construire notre pays sur le respect des droits humains et en accordant un peu plus d’égard aux journalistes qui travaillent déjà dans les conditions difficiles pour que procureurs, gendarmes et toute la population aient l’information.

Toutes les organisations de presse s’accordent et exigent sa libération dans un communiqué
👇👇👇👇

Communiqué

(Relatif à l’arrestation arbitraire de M. Carlos KETOHOU, Directeur de Publication du journal L’Indépendant Express)
Dans la nuit du mardi, 29 décembre 2020, alors qu’il rentrait chez lui, le Directeur de Publication du journal L’Indépendant Express, Carlos Komlavi KETOHOU, a remarqué la présence des hommes armés qui ont encerclé son domicile et lui enjoignant de les suivre.
Dans les échanges, «  ces hommes lourdement armés », selon les déclarations de l’intéressé, se sont présentés comme des éléments du SCRIC, Service central de recherches et d’investigations criminelles, une unité spéciale de la gendarmerie nationale. Ils sont donc repartis nuitamment avec le Directeur de Publication du journal L’Indépendant express. D’après nos informations, M. Carlos KETOHOU a reçu quelques heures plus tôt, une convocation du même SCRIC pour se présenter dans ses locaux, le lendemain, 30 décembre 2020 à 10h.
A l’analyse de tout ce qui précède, il apparait que le rôle joué par les éléments noctambules armés précités, est sorti du cadre légal.
La Presse Togolaise dénonce et condamne avec la dernière rigueur, cette interpellation qui s’apparente à un enlèvement des citoyens dans une République, et appelle les éléments du SCRIC à garantir l’intégrité physique et morale du Directeur de Publication du journal L’Indépendant Express.
Les délits de la presse étant dépénalisés au Togo, la détention d’un journaliste pour ses écrits parait arbitraire, par conséquent l’ensemble des organisations de presse exige la libération immédiate du confrère Carlos Komlavi KETOHOU
Fait à Lomé, le 30 décembre 2020
Pour l’ensemble des organisations de presse
OTM, CONAPP, PPT, URATEL, ATOPPEL, UJIT SYNJIT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *