LA DIASPORA ADJA DES ÉTATS UNIS DONNE UNE RÉPONSE SÈCHE À MONSIEUR KOFFI YAMGNANE ET LUI RAPPELLE LES INEXACTITUDES CONTENUES DANS SA SORTIE

👇👇👇

CONFLIT COMMUNAUTAIRE ENTRE LES ADJA ET LES BASSAR

LE DROIT DE RÉPONSE DE LA DIASPORA ADJA – USA À MR. KOFI YAMGNANE

Lien de l’article : https://www.icilome.com/actualites/884828/togo-rpt-unir-bourreau-du-peuple-togolais￾

Monsieur Kofi Yamgnane,

C’est sous une émotion assez choquante que nous, fils et filles Adja résidant aux USA, avions lu votre
article écrit à Saint Coulitz en France et publié dans le journal IciLomé du le 6 Juillet 2020. Dans cet
article, vous avez écrit ce qui suit : «…les villageois découvrent que le bébé a été enlevé par des
ressortissants du groupe ethnique Dadjè…». C’est ici le lieu de vous informer qu’aucun résultat
d’enquête n’a prouvé à ce jour, l’implication d’un fils Adja dans l’affaire de bébé volé dans votre village
de Bangéli en Novembre 2019 ; un acte que la Diaspora Adja – USA qualifie d’ignoble et condamne avec
la dernière rigueur. Par ailleurs, nous voudrions vous rappeler que nous constituons la communauté
Adja du Togo et non un groupe ethnique Dadjè.
Plus loin dans votre article, vous aviez maladroitement mentionné que Tohoun est un pays. Pour
clarification, retenez que Tohoun n’est pas un pays, mais plutôt une ville au Sud-Est du Togo, frontalière
avec la république du Bénin et chef-lieu de la préfecture du Moyen – Mono. Pour votre information,
grâce à l’hospitalité légendaire de la communauté Adja, plusieurs ressortissants de votre région vivent
paisiblement aussi bien dans le Moyen-Mono que dans les autres localités Adja du Togo. Nous n’en
voulons pour preuve, l’actuel Préfet, Mr. Djato –Nadjindo Dana, un natif de Guerinkouka/Bassar qui
dirige paisiblement notre préfecture du Moyen – Mono depuis bientôt 17 ans. Comprenez donc que les
Adja qui résident dans les préfectures de Bassar et de Dankpen sont des togolais à part entière qui n’ont
pas besoin d’adresser une demande d’autorisation de résidence à Bangéli.
Dans le même article, vous avez indiqué que vous ne saviez pas pourquoi les Adja étaient arrivés dans
votre village situé à plus de 500 km de chez eux. Pour répondre à cette question, nous vous prions de
vous référer à votre expérience personnelle de 1964, quand vous aviez décidé de partir en France à plus
de 5000km. Rappelez-vous que dans ce pays étranger, la possibilité vous a été donnée non seulement
d’y vivre paisiblement et réaliser vos rêves, mais aussi de devenir le maire de la commune Saint-Coulitz
en 1989 et aussi occuper de hautes fonctions politiques dans le gouvernement Français.
Plus loin dans votre article, vous aviez qualifié les Adja vivant dans votre milieu de fabricants et
distributeurs d’alcools frelatés, vendeurs de faux médicaments et autres drogues dont la consommation
pose des problèmes de santé à votre jeunesse. Nous voudrions simplement vous rappeler ici que la
Diaspora Adja-USA est très préoccupée par le problème de santé au Togo et par conséquent ne saurait
cautionner des activités menées par certains citoyens dont les retombés nuiraient à la santé de
populations et plus particulièrement celles de Bangéli. Cependant, nous refusons que l’incident du vol
de bébé soit utilisé comme un alibi pour condamner ces activités et faire la chasse aux Adja opérant
dans le milieu. Sauf avis contraire, ces Adja mènent des activités commerciales permettant de ravitailler
vos populations enclavées en biens de première nécessité, contribuant ainsi au développement
économique de votre village. Nous pensons qu’il faudrait plutôt chercher à collaborer avec ces
opérateurs économiques Adja sur des projets robustes de désenclavement, de création d’emploi et
d’éducation des jeunes en matière de santé dans le milieu.
Dans l’ensemble, votre approche et vos déclarations à travers cet article sont de nature à diviser et à
raviver les tensions entre les deux communautés. De par vos nombreuses années de vie et d’expérience
dans un pays de droit et de vraie démocratie comme la France, nous estimons que vous êtes le mieux
placé pour dire à votre communauté que la faute est personnelle et qu’il est injuste de s’en prendre à
toute la communauté Adja sur simple soupçon. Vous auriez également pu encourager votre
communauté à faire recours aux voies légales de règlement du conflit car, vous savez bien qu’aller
défoncer les portes d’un citoyen et fouiller sa maison sans aucun mandat ni autorisation, piller et
saccager ses biens sans établir sa culpabilité sont des violations flagrantes et graves qui sont punies par
la loi. Aussi, vous avez signé cet article au nom de votre parti politique ‘’ SURSAUT TOGO.’’ Ceci est bien
dommage car, dans la gestion de cette crise communautaire, vous avez manqué de prouver au peuple
Togolais, votre capacité d’assumer le rôle d’un Président rassembleur, impartial et pacifique qui maitrise
bien l’histoire, la géographie et la culture de son pays.
Nous voulons saisir cette opportunité par contre, pour dire merci au chef canton de Bangéli, aux
autorités civiles et militaires des préfectures de Bassar et Dankpen pour toutes les dispositions qu’ils ont
prises et continuent de prendre pour protéger la vie et les biens des Adja vivant dans la région.
Nous recommandons que les procédures judiciaires et d’enquêtes se poursuivent et s’accélèrent afin
que les vrais auteurs de cet acte criminel soient identifiés, arrêtés et punis conformément à la loi. Nous
renouvelons notre requête auprès des autorités Togolaises compétentes pour que soient dédommagés
dans les meilleurs délais, tous les Adja dont les biens ont été injustement saccagés et pillés dans le cadre
de cet incident de vol de bébé à Bangéli.

Fait à Washington

Le 17 Juillet 2020

Pour Le Bureau Exécutif

Le Président,
Komla TEKPOR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *