TOGO : DÉCÈS EN CASCADE DANS LE CORPS DES JOURNALISTE S

Par Yawo KLOUSSE
afriquenligne.com
Mise en ligne le 06/06/20

Le métier de l’information il faut le dire est en souffrance au Togo. Pour ce qu’il convient d’appeler le quatrième pouvoir, il fait triste de constater que la facilité avec laquelle les journalistes trépassent il va falloir interroger les “défunts” et leurs familles pour comprendre.

Hier c’était James Kounaké, Dominique Aliziou, Holonou et aujourd’hui François Komi. Tous les journalistes bien évidemment s’interrogent, à qui le prochain tour ?

Une petite analyse statistique permet de dire que la mort trouve du boulot parmi les journalistes indépendants et pour cause.

Beaucoup ne sont pas affiliés ni à la caisse nationale de sécurité sociale pour parler de l’assurance maladie. En ce temps de COVID-19 où le pays connaît une baisse sensible d’activités, en d’autres termes la récession économique, il est plus facile aux journalistes de mourir par faute d’argent pour se faire soigner ou même simplement de la misère économique.

Comme si tout cela ne suffit pas pour nous emporter, l’Etat aussi contribut par une discrimination à peine voilée de la distribution de l’aide de l’Etat à la presse. Les critères d’éligibilités ne permettent pas à tous les organes d’en être bénéficiaire. Les presses en ligne qui font un travail remarquable ne sont pas toutes éligibles y compris notre organe afriquenligne.com.

Mais attention ! gare à vous si vous commettez un délit de presse , la HAAC vous connaîtra et vous soumettra aux textes applicables en matière de délit de presse oubliant souvent que pour un bon journaliste il faut des moyens pour faire des investigations, se déplacer, téléphoner, se vêtir et bien se nourrir….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *