CORONAVIRUS AU TOGO : LE REMÈDE FERA PLUS DE MORTS QUE LE MAL

Par Yawo KLOUSSE
afriquenligne.com

Les togolais sont habitués à dire toujours ça va bien même si ça va très mal. Ils félicitent toujours le Chef de l’Etat qu’il qualifie de magnanime pour des actions qui ne profitent même pas à tous les citoyens. Un sac de riz pour les militaires dans les casernes, le Chef de l’Etat est bienfaiteur national. Recrutement de 1000 personnes dans la fonction publique, bravo au Chef de l’Etat. Un forage dans une localité, c’est grâce à la politique salvatrice du guide et éclaireur national. Ces agissements ne datent pas d’aujourd’hui. Au temps du règne du général Eyadema, le système était beaucoup plus accentué. Aujourd’hui nous avons un mal qui repend de la terreur partout dans le monde. Les populations meurent par milliers. Les Chefs d’Etats parlent à leur peuple. Des amandes frappent les citoyens indélicats qui sortent, couvre feu, État d’urgence…..

Le peuple togolais est confinée depuis une semaine déjà. Les bas salaires sont à bout de souffle, pas de réserve de nourriture pour continuer le confinement. Les chômeurs et les débrouillards plus nombreux sont obligés de vaquer à leur occupation pendant que le mal se propage…..

Il y a un mois le pouvoir RPT-UNIR distribuait des T-shirts, casquettes, montres, et même des Androids à des populations partout sur l’ensemble du territoire national.
À peine la campagne électorale terminée et le président réélu par plus de 70% des togolais que survient le COVID-19. Vendu à 100frs CFA, le gouvernement est incapable d’offrir des caches nez du moins à son électorat. Aujourd’hui, le même gouvernement soumet la population à un confinement sans être capable de promettre la baisse des coûts dont il a le contrôle à savoir : l’eau, l’électricité, le téléphone, le gaz, l’impôt …..

Malgré cet état de chose, togolais continue par dire que ça va. Oui ça va bien.

Les prochaines morts ne seront pas du CORONAVIRUS mais de la faim et pourtant nous continuerons par dire que tout va bien au Togo.

Lisez les fables de Jean de la Fontaine et faites les déductions vous mêmes ???

La Cigale, ayant chanté
Tout l’Été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien !dansez maintenant. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *