ENAM LOMÉ : DE LA NÉCESSITÉ D’ASSAINIR LE LIEU ET DE VIABILITER LE PERSONNEL ET ÉTUDIANTS

Par Yawo KLOUSSE
Mise en ligne le 7 mars 2020
afriquenligne.com

Le Togo comme il va. L’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM) qui forme le personnel chargé de vulgariser l’hygiène, la bonne conduite médicale, quitte son champ d’exemplarité pour faire place à une légèreté susceptible de porter atteinte à l’hygiène de la vie humaine.

Comme on le dit souvent 《LA CHARITÉ BIEN ORDONNÉE COMMENCE PAR SOI-MEME.》. En observant les abords de ce service
sis à côté du CAMEG, on n’a facilement une idée sur ce qui peut se passer à l’intérieur.

La cantine, lieu par excellence entretenu pour éviter toutes sortes de propagation de maladies, côtoie des tas d’ordures susceptibles de transmettre des maladies au personnel sensé soigner demain la population. Aucune mesure d’hygiène appropriée dedouanant cette boîte de malpropreté et de transmission des maladies d’origines microbiennes.

Le personnel, parlons en. II est fréquent d’entendre les gens dire 《DIT MOI QUI TU FRÉQUENTES, JE TE DIRAI QUI TU ES.》 Tenez vous bien, un service qui forme les infirmiers et auxiliaires médicaux néglige l’investissement dans la santé et ne dispose pas d’infirmerie appropriée pour les étudiants. Comme tout cela ne suffit pas, la bourse, une petite subvention de l’Etat pour soutenir nos futurs fonctionnaires de la santé est quasi inexistante. Les étudiants étudient le ventre affamés ou encore sous la coupole financière des parents.

Jésus Christ devant certaines situations s’exclamait en ces termes 《SI C’EST DUR POUR LE BOIS VERT COMMENT ÇA VA ÊTRE POUR LE BOIS SEC ?》 Il sera vite consumé. C’est clair je ne souhaite pas faire des révélations troublantes pour porter le chapeau des conséquences de négligence, trafic de médicaments….qui sont notés parmi le personnel du corps médical au CHU SO.

Si les autorités se vantent de disposer d’un port en eau profonde, du phosphate, fer, de l’OTR, …. pourquoi ne pas investir véritablement dans la santé à commencer par le personnel et des équipements pour rendre nos centres de soins compétitifs par rapport aux États qui nous entoure ?

Oui, nous avons les gazs, les matraques, les coupe- coupes, les policiers et gendarmes, les prisons, les renseignements, les chars, l’aéronef militaire …. mais nous n’avons pas de scanner pour nos hôpitaux, nous n’avons pas d’argent pour payer les bourses aux étudiants, pas d’électricité en quantité, pas d’eau potable ni de forage dans les fermes, pas de piste rurale suffisante, pas d’assurance maladie pour tous ni de sécurité sociale pour tous, pas d’assistance sociale…… et pourtant nous fêterons le 27 avril prochain notre 60 ème anniversaire de l’indépendance. C’est dans cet environnement de “nous ne disposons pas” que le Premier Ministre annonce hier l’arrivée du coronavirus au Togo. Bonjour les dégâts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *