LE CANDIDAT DU VATICAN EST INVESTI. IL FAUT DISPOSER DES PROCÈS VERBAUX ET OBTENIR LA NUIT ÉLECTORALE

Par Yawo KLOUSSE
Lomé, le 1er février 2020
afriquenligne.com

Le Togo comme il va. Après 6 bonnes élections présidentielles de l’ėre démocratique remportées à chaque fois par le parti au pouvoir depuis 1967, les togolais veulent faire de l’année 2020 une année de l’alternance politique. Monseigneur Philippe Fanoko KPODZRO vient donc d’investir son candidat en la personne de Monsieur AGBEYOME Kodjo qui n’est plus à présenter tant les réseaux sociaux déversent tout sur la personnalité et les mobiles qui soutendent son choix.

Je me réserve le droit de porter un jugement quelquonque sur la personnalité. Ce qui compte c’est qu’au soir du 22 février 2020 les togolais puissent souffler un nouveau vent, celui de l’alternance et des libertés. Pour y parvenir, l’opposition doit intégrer quelques particularismes dans son langage.

Au Congo Kinshasa le langage était TSK (TOUT SAUF KABILA) et pour finir le Congo aura un nouveau président même s’il est contestable.

La deuxième bataille reste celle des procès verbaux. Pour affirmer sa victoire, il faut la prouver avec les procès verbaux des plus de 7000 bureaux de vote répartis sur l’ensemble du territoire national.

Il ne suffit pas d’avoir des délégués dans tous les bureaux de vote, il faut être en mesure de les payer au double de l’adversaire car beaucoup de togolais ont perdu le sens du patriotisme après plus de 60 années de misère.

La troisième et dernière étape consiste à obtenir la nuit électorale. Là encore le pouvoir a toutes les chances de couper l’internet et de procéder aux arrestations.

L’opposition doit tout prévoir après 6 passages à l’exercice électoral, et comme on le dit souvent, LE PASSÉ EST UNE LUMIÈRE QUI ÉCLAIRE L’AVENIR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *