CITE AU QUOTIDIEN DEVOIR DE MEMOIRE : POUR TOUS ?

Par Maryse QUASHIE et Roger E. FOLIKOUE

Reprise par
afriquenligne.com

Si on avait dit à tous ceux qui ont participé à la Déclaration Universelle des Droits de
l’Homme en 1948, que ce à quoi ils pensaient avoir mis fin avec ce texte, continuerait,
l’auraient-ils cru ?
Oui, ils n’étaient pas assez naïfs pour se convaincre d’avoir mis fin à l’antisémitisme, au
racisme, au sexisme, à toutes ces discriminations où au nom de l’identité de quelqu’un on le
persécute, le torture, le tue ! Non, ils ne croyaient pas que des hommes, parce qu’ils ont
peur de qui est différent d’eux, arrêteraient du coup de tenter d’éliminer tous ceux qui ne
leur ressemblent pas, ne pensent pas comme eux, ne vivent pas comme eux !
Non, au contraire, ils étaient sûrs que des hommes avides et cupides, dans le désir de gagner
encore et toujours plus d’argent, allaient tenter de prendre en otage des populations
entières, de les acculer à la misère, de les étouffer sous la dure loi des bottes des militaires.
Ce que voulaient ces femmes et ces hommes de bonne volonté de 1948, c’était barrer la
route à toutes les pratiques issues de ces sentiments discriminatoires inacceptables, à tous
les choix politiques niant la qualité de personne avec des droits inaliénables à qui que ce
soit : « Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la
famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté,
de la justice et de la paix dans le monde ;
Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des
actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité… » (Préambule de la Déclaration
Universelle des Droits de l’Homme)
Ce que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme établissait, c’est que désormais
tout traitement, toute gouvernance fondés sur la discrimination et la négation des Droits
de la personne, est illégitime et illégal.
Aujourd’hui, presque trois quarts de siècle après, pouvons-nous dire qu’ils ont réussi ?
Oui, parce qu’on peut arrêter un policier qui a molesté un homme à terre au cours d’une
manifestation, parce que des femmes peuvent porter plainte à cause des violences qu’elles
ont subi, parce que des enfants peuvent se plaindre de la maltraitance de leurs parents,
parce que d’un bout à l’autre de la planète on est vite au courant des persécutions liées à la
religion, comme en Inde, en Birmanie avec les ROHINGYAS musulmans, et qu’on peut
demander des comptes à ce sujet. Oui parce qu’un président des Etats-Unis, si puissant soit￾il, peut être soumis à une procédure de destitution pendant son mandat, sans avoir le droit
de mettre en prison ceux qui sont à l’origine d’une telle procédure.
Cependant à y regarder de plus près, il y a des faits qui confirment l’idée que les Droits de
l’Homme s’appliquent de façon très sélective dans le monde. Sinon comment croire que
ceux qui dénoncent l’horreur des camps de concentration, ont été mis au courant de
l’existence d’Agombio, depuis les années 1991, et qu’ils n’aient rien fait, et pire encore,
qu’ils soient les meilleurs soutiens de ceux qui ont créé ce camp et de ceux qui leur ont
succédé par un coup d’état en 2005 ? Sinon comment peut-on croire que le même président,
chez qui on arrête le policier maltraitant un manifestant et qui se sépare même d’Alexandre
Benalla, collabore aimablement depuis des années avec un président qui systématiquement
envoie l’armée tabasser et tuer les citoyens qui osent manifester, un président qui fait voter
une loi restreignant sévèrement la liberté de manifester ? Comment peut-on croire qu’en
même temps que certains peuvent lancer une procédure d’impeachment aux Etats-Unis, des
populations soient sous le joug d’une même famille durant plus de cinquante ans et n’aient
même pas droit à des élections justes et équitables, en vue d’une alternance, et que cela ne
gêne personne ? Que représentent véritablement les valeurs des Droits de l’homme pour
l’ONU, l’Union Européenne, la France, l’Allemagne, les Etats-Unis, le PNUD etc ?
Oui, les femmes et les hommes de bonne volonté de 1948 ont osé affirmer des valeurs qui
sont justes, mais la dignité affirmée et reconnue serait-elle uniquement valable pour les
pays les plus puissants de ce monde ou encore ne concernerait-elle que ceux qui se
réunissent à Davos pour conforter leur puissance et leur mainmise sur le monde ? Parce que
ces pays se servent de leur puissance pour continuer à détruire l’avenir des plus pauvres en
persistant à polluer la planète à leur gré, et du coup à faire disparaitre de la terre des
territoires entiers à cause de la montée du niveau des océans consécutive au réchauffement
climatique, on est en droit de se demander que valent les droits de l’homme pour les Etats
puissants et les grandes institutions internationales ? Y aurait-il une éthique pour la
diplomatie ou une éthique diplomatique totalement en dehors des valeurs des Droits de
l’homme ?
Ceux qui se réunissent à Davos et qui se soutiennent mutuellement, au nom de leurs intérêts
et de ceux des vendeurs d’armes, pour participer chez les autres à des guerres, à des conflits
où les chefs d’Etat sèment la mort dans leur propre population comme en Syrie, peuvent-ils
se réclamer de faire partie de la descendance des Modernes, de partager la spiritualité et la
philosophie, des femmes et des hommes de bonne volonté de 1948 ?
Si « Plus jamais ça ! » des femmes et des hommes de bonne volonté de 1948 avait été
entendu, y aurait-ils dans les pays occidentaux des migrants parqués dans des camps de
misère, après avoir été refoulés de pays en pays comme des marchandises sans valeur ?
Et plus que cela, les anciennes victimes participeraient-elles à tout ce qui est négation des
Droits de l’Homme : le problème palestinien n’aurait-il pas déjà trouvé satisfaction ?
KAGAME, rescapé d’un des plus affreuxconomiques et financiers peuvent-ils tout justifier ? Où est passée la valeur de la phrase
« l’homme passe infiniment l’homme » de Blaise Pascal, de Maurice Zundel ?
Heureusement que les commémorations de la Shoah, rappelle aux hommes d’aujourd’hui
qu’il reste beaucoup à faire, que les victimes peuvent se transformer en bourreaux, si on
baisse la garde, si on oublie toute vigilance. Qu’il ne s’agit pas de faits et d’atrocités qu’il
faut mettre au passé seulement, sinon les jeunes du 21ème siècle vont croire que cela se
passait au temps des barbares du 20ème siècle…
Heureusement que l’admirable travail de Serge et Beate KLARSFELD rappelle à tous que
certains peuvent donner leur vie au nom du devoir de mémoire. En effet, si Serge est
d’origine juive, sans être spécialement un pratiquant, sa femme Beate est allemande non
juive. Et pourtant, ils se sont dépensés, durant plus de quarante ans pour la mémoire des
Juifs massacrés durant la seconde Guerre Mondiale ; cela a abouti en 1981 à l’inauguration
du mémorial de la Shoah où sont gravés dans la pierre les noms de 76 000 juifs déportés de
France, dont 11 400 enfants morts dans les camps de concentration nazi.
Et chez nous au Togo, alors qu’à l’approche des élections on instaure de nouveau un climat
de terreur, nous devrions-nous poser la question : quelle taille aurait le mur où nous
pourrions graver un à un les noms des victimes de la violence depuis les années 1990 en y
ajoutant celui des citoyens que personne n’a mentionnés, et celui des personnes disparues
sans laisser de traces, au cours des nuits de terreur ? Mais quelle que soit sa taille, ce mur
nous le ferons ériger,
« Car nous ne voulons pas oublier, nous n’oublierons pas ces graines tombés en terre,
nous les évoquerons d’année en année pour enfin pouvoir pardonner aux bourreaux
et aux tueurs… Nous n’oublierons pas, nous en parlerons à nos enfants, et aux enfants
de nos enfants, qui en parleront aussi à leurs descendants, grâce aux monuments,
pour que cela n’arrive plus jamais sur la terre de nos aïeux.
Nous avons cru que les textes de lois s’appuyant sur les droits de l’homme suffiraient,
nous avons cru qu’un texte fondamental comme la Constitution de 1992, suffirait
pour nous protéger de tels actes barbares… Hélas, nous nous sommes trompés ! Pour
pouvoir dire « Plus jamais ça !», c’est le cœur même de l’homme qu’il faut toucher »
(Tribune, Graines tombées en terre du 14 décembre 2018 dans L’Alternative)
Oui, chacun d’entre nous doit prendre à cœur le devoir de mémoire et s’en faire un
artisan, sans participer au comble de la discrimination qui consiste à croire qu’il y a des
victimes plus importantes que d’autres. C’est à ce prix que nous serons les dignes
successeurs des femmes et des hommes de bonne volonté de 1948. génocides du 20ème siècle, étoufferait-il chez lui la
moindre velléité d’opposition, sans que personne n’y trouve à redire ? Les intérêts
conomiques et financiers peuvent-ils tout justifier ? Où est passée la valeur de la phrase
« l’homme passe infiniment l’homme » de Blaise Pascal, de Maurice Zundel ?
Heureusement que les commémorations de la Shoah, rappelle aux hommes d’aujourd’hui
qu’il reste beaucoup à faire, que les victimes peuvent se transformer en bourreaux, si on
baisse la garde, si on oublie toute vigilance. Qu’il ne s’agit pas de faits et d’atrocités qu’il
faut mettre au passé seulement, sinon les jeunes du 21ème siècle vont croire que cela se
passait au temps des barbares du 20ème siècle…
Heureusement que l’admirable travail de Serge et Beate KLARSFELD rappelle à tous que
certains peuvent donner leur vie au nom du devoir de mémoire. En effet, si Serge est
d’origine juive, sans être spécialement un pratiquant, sa femme Beate est allemande non
juive. Et pourtant, ils se sont dépensés, durant plus de quarante ans pour la mémoire des
Juifs massacrés durant la seconde Guerre Mondiale ; cela a abouti en 1981 à l’inauguration
du mémorial de la Shoah où sont gravés dans la pierre les noms de 76 000 juifs déportés de
France, dont 11 400 enfants morts dans les camps de concentration nazi.
Et chez nous au Togo, alors qu’à l’approche des élections on instaure de nouveau un climat
de terreur, nous devrions-nous poser la question : quelle taille aurait le mur où nous
pourrions graver un à un les noms des victimes de la violence depuis les années 1990 en y
ajoutant celui des citoyens que personne n’a mentionnés, et celui des personnes disparues
sans laisser de traces, au cours des nuits de terreur ? Mais quelle que soit sa taille, ce mur
nous le ferons ériger,
« Car nous ne voulons pas oublier, nous n’oublierons pas ces graines tombés en terre,
nous les évoquerons d’année en année pour enfin pouvoir pardonner aux bourreaux
et aux tueurs… Nous n’oublierons pas, nous en parlerons à nos enfants, et aux enfants
de nos enfants, qui en parleront aussi à leurs descendants, grâce aux monuments,
pour que cela n’arrive plus jamais sur la terre de nos aïeux.
Nous avons cru que les textes de lois s’appuyant sur les droits de l’homme suffiraient,
nous avons cru qu’un texte fondamental comme la Constitution de 1992, suffirait
pour nous protéger de tels actes barbares… Hélas, nous nous sommes trompés ! Pour
pouvoir dire « Plus jamais ça !», c’est le cœur même de l’homme qu’il faut toucher »
(Tribune, Graines tombées en terre du 14 décembre 2018 dans L’Alternative)
Oui, chacun d’entre nous doit prendre à cœur le devoir de mémoire et s’en faire un
artisan, sans participer au comble de la discrimination qui consiste à croire qu’il y a des
victimes plus importantes que d’autres. C’est à ce prix que nous serons les dignes
successeurs des femmes et des hommes de bonne volonté de 1948.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *