TOGO : DECLIN DES BONNES MANIÈRES, RETARD ABUSIF, ABSENTÉISME…., LES TOGOLAIS ONT- ILS PERDU L’URGENCE DU TEMPS DANS LES ACTES CIVILS ?

Par Yawo KLOUSSE
Lomé, le 16 novembre 2019
afriquenligne.com

Si le retard peut se définir comme le fait d’arriver après le moment attendu, il faut avoir le courage de reconnaître que les togolais sont passés maître dans l’art.

Un groupe annonce une conférence de presse. Notre organe afriquenligne.com a reçu l’invitation pour couvrir la conférence. L’heure prévue pour commencer la conférence est fixée à 15h 00.

Je m’empressais d’arriver en retard. J’arrive sur le lieu à 14h 50 minutes. Je découvre que j’étais la première personne, aucun des membres organisateurs n’étaient encore présents. 15 heure, un confrère arrive. Jusqu’à 15h 15 nous étions 6 journalistes. Le premier conférencier fait son apparition à 15h 32. Jusqu’à ce que le podium ne soit au complet, il sonnait déjà 15h 44.

Un conférencier d’ouvrir les activités en ces termes : << nos excuses pour ce petit retard>> comme quoi 44 minutes de retard est petit.

Pour les funérailles, c’est encore grave. Sur le faire part, on précise bien que la veillée commence à partir de 18h pour prendre fin à 20h. À 18 heure, vous ne verrez personne à part quelques enfants qui gambadent autour des lieux.

Pour les commis de l’administration de l’Etat à savoir : Préfet, sous Préfet, Maire, Chef traditionnel….., la règle est la même, d’ailleurs on trouve une raison pour légaliser le retard dans ce domaine. Ils disent simplement : <> le public applaudit.

La note est passable du côté des enseignants. Certains enseignants ne répondent jamais pile à l’heure.

Ceux qui font mieux ce sont nos frères des corps habillés. Ils respectent facilement l’heure que tous autres.

Pour le reste de la population, le retard est une coutume, on naît, on grandi et on meurt avec. Le justificatif ne manque pas, on dira simplement que c’est <> comme quoi l’africain n’est authentique que s’ il marque beaucoup de retard.

Un confrère du journal TOGO ACTUALITÉS m’a raconté son aventure au Bénin, il déclarait : << nous étions invités pour couvrir une conférence prévue pour 11 heure. À 11 heure pile, tous les confrères étaient sur place. À 11h 15 les organisateurs arrivent. Conclusion, tous les journalistes des médias publics que privés ce sont entendus pour quitter le lieu. Mais attention ! avant de partir, ils ont exigé et obtenu le paiement de leur honoraire >>

Le retard du continent africain réside aussi de notre refus à tourner avec le temps.

L’Afrique berceau de l’humanité doit renaître pour redevenir une Afrique qui tourne avec le temps. Chaque africain doit, en lisant cet article, se dire de ne plus faire reculer l’Afrique en choisissant plutôt de tourner pile avec les rendez vous et dans tous les actes de la vie civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *